Les militants grecs appellent à une conférence européenne

24 juillet, 2020

Une invitation des militants du NAR en Grèce, dans le cadre du Comité européen de correspondance, à une conférence européenne

Téléchargez l’invitation au format PDF

INVITATION

Nous invitons à une rencontre de discussion programmatique, d’initiatives d’action commune, à l’échelle internationale, des forces communistes, anticapitalistes, antiimpérialistes

 

  • Nous vivons une période de grandes contradictions et d’exacerbation de l’offensive du capital, de l’impérialisme et des gouvernements à l’échelle mondiale. L’exploitation du monde du travail s’intensifie. La guerre, le totalitarisme bourgeois et les « Etats d’urgence », le racisme et le néofascisme sont à l’ordre du jour. La destruction de l’environnement par le profit d’affaires et le surdéveloppement capitaliste, responsable pour beaucoup de la pandémie du coronavirus, montre que le capitalisme détruit, outre le travailleur, la nature aussi.

 

  • Pour ce qui est de la récente pandémie, elle a de très profonds facteurs. La tendance du capitalisme totalitaire actuel apparaît comme une transition rapide et violente vers une forme moderne du capital autoritaire, qui assortira l’intensité de l’exploitation du travail à la liquidation des libertés politiques, imposera ouvertement la surveillance numérique et va intensifier les antagonismes et conflits militaires au niveau international. Cette réaction n’est pas une réponse à la pandémie ou à la crise sanitaire, mais à la profonde crise structurelle du capitalisme, qui a éclaté en 2008 et qui, non seulement n’a pas vraiment été dépassée, mais dont ces derniers temps nous avions eu les signes d’un nouveau paroxysme. La pandémie l’a accéléré mais ne l’a pas créée.

Les mesures des gouvernements ne sont pas des mesures « de redressement » d’une « crise sanitaire » mais viennent faire porter la crise capitaliste sur le dos de la classe ouvrière et des peuples. Ce n’est pas la santé, mais le profit qu’ils veulent renforcer !

 

  • A notre époque, il y a peu de place pour « des réformes populaires », dans le cadre du système, la signification de la lutte à l’intérieur des « institutions » s’émonde. Ce n’est pas un hasard si des courants du type Sanders et Corbyn ; SYRIZA, la Gauche européenne, font faillite et sont écartés. L’effondrement de l’idée de « la réforme réalisable », résultant aussi de la faillite des expériences de « gouvernements de gauche » en Grèce et dans le monde, crée aussi le terrain de défis pour une nouvelle perspective révolutionnaire anticapitaliste.

 

  • Pour une politique anticapitaliste aujourd’hui :

La première exigence, c’est le regroupement de militants et de forces sur la base d’une stratégique et d’une perspective communiste anticapitaliste universelle, avec pour point de référence l’émancipation du monde du travail des chaînes du capital.

Ce rassemblement doit être recherché sur la base d’éléments nodaux de rupture structurelle avec la logique du capital, sur les terrains de la propriété (nationalisation avec contrôle ouvrier au service des besoins populaires), de l’exploitation économique (augmentation des salaires, baisse du temps de travail), régénérer (politiques sociales, mais aussi dimension écologique claire) ; il faut porter des coups aux appuis internationaux de la classe bourgeoise dans chaque pays (sortie de l’UE, de l’OTAN pour la Grèce).

 

  • Pour que le peuple vive, le capital doit perdre. Pour écarter la « catastrophe qui nous menace », il faut que soit détruit le système de l’exploitation. Soit le capitalisme détruira la nature et l’homme, conduisant à une nouvelle barbarie, soit la classe ouvrière et le peuple renverseront le capitalisme, ouvrant la voie à une autre perspective socialiste et communiste.

 

  • Nous voulons vivre libres. Pas sous un Etat policier, sous l’arbitraire étatique et patronal, le totalitarisme politique. Pas de surveillance ni de contrôle des citoyens. Levée de toutes les mesures de restriction de l’action politique et syndicale. Il n’est pas question de limiter les manifestations et les démonstrations du mouvement de masse. Suppression de toutes les unités de répression des manifestations (CRS, Δελτα, Διας[1]) et de «la loi terroriste ». Nous voulons vivre tous à égalité. Aucune discrimination sur la base de la couleur de peau, des convictions, du sexe ou de l’orientation sexuelle. Non au nationalisme, au racisme, au fanatisme religieux, à l’irrationalisme Nous voulons vivre avec les réfugiés et les immigrés. Fermeture des camps de concentration et qu’ils soient désenclavés immédiatement des îles. Libre circulation dans le pays et dans les pays de leur destination. Abrogation de l’accord raciste UE-Turquie et des accords de Dublin de l’UE.

 

  • Nous voulons vivre en paix. En 2019, les dépenses d’armement dans le monde ont dépassé 1,917 trilliards, le plus haut niveau depuis 1988, elles continuent d’augmenter, y compris en pleine crise ! Lutte contre les armements. De l’argent pour la santé, l’enseignement, pas pour la guerre !

 

  • Ce programme nécessaire ne peut pas être réalisé, pas plus qu’il ne peut constituer l’approche d’une quelconque nouvelle version de « gouvernements de gauche», de gouvernements «de sauvetage national» ni autres solutions dans le cadre du système actuel. Seul le peuple peut sauver le peuple. La reconstitution politique de classe du mouvement ouvrier et populaire passe tant par le dur combat pour la défense de la vie du monde du travail, la conquête des objectifs du programme anticapitaliste, que par l’organisation de masse des travailleurs et de la jeunesse à tous les niveaux.

Par des syndicats de base dans tous les lieux de travail et leur coordination en un centre unique de lutte contre le syndicalisme (pro-) patronal et gouvernemental.

 

NAR pour Communiste Libération, Grèce
Juillet 2020
www.narnet.gr
Pour tout contact : narnet.official@gmail.com

merci d’envoyer une copie au Comité national de résistance et de reconquête – CNRR, en France : Cnrr2017@gmail.com

 

[1] Unités de répression des manifestations

Comentarios

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *